S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

10 février, 2019

Ecrit par

Avis de recherche : succession de Mario Draghi

Description du poste : Président de la Banque centrale européenne, à partir du 31 octobre 2019. Rémunération : 410 000 euros net, (bien) logé, avec personnel de maison et chauffeur, frais de transport pris en charge. Contrat de huit ans non renouvelable, avec disponibilité totale, nuit et jour.

2 septembre, 2018

Ecrit par

L’euro est-il manipulé ?

« Oui bien sûr », tweete le Président Trump le 20 juillet. « Chine, Union européenne et autres ont manipulé leurs changes et leurs taux d’intérêt à la baisse, pendant que les US montent leurs taux et que le dollar devient chaque jour plus fort, ce qui nous prive de notre gros avantage compétitif. Comme toujours, pas un jeu égal ». Il reprend ce message fin août, d’autant plus qu’il voit la Banque centrale américaine monter ses taux en septembre et en décembre, en attendant 2019.

18 mars, 2018

Ecrit par

L’euro est irréversible, donc aussi la zone euro ?

Mario Draghi le répète le 8 mars, répondant à une question sur l’Italie après les élections : « l’euro est irréversible ». Il n’y a donc pas à s’inquiéter, même avec une croissance qui irait de 2,5% en 2017 à 2,4% en 2018, 1,9% en 2019 et 1,7% en 2020, et même si l’inflation atteindrait 1,7% seulement en 2020. « Confiance-persévérance-prudence », pour reprendre la trinité Draghi ! D’ailleurs, l’euro est assez fort : 1,23 pour un dollar. Pas à s’inquiéter… ?

25 février, 2018

Ecrit par

2% d’inflation : la ligne Maginot de la zone euro

Un peu moins de 2% d’inflation à moyen terme en zone euro, près de ce chiffre chez chaque membre, et stable : c’est l’objectif de Mario Draghi. Il le répète constamment. Un objectif qui réclame « patience et persistance », comme il le dit aussi (souvent). Mais nous n’y sommes pas, avec cet euro qui monte, ces marchés financiers nerveux, ce chômage élevé, ces élections partout, ce Brexit…

Curabitur adipiscing porta. ut consectetur dolor justo sem, accumsan