S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

2 avril, 2020

Ecrit par

La bourse ou la vie-rus

Alors que le coronavirus se développe, il faut préparer l’après, le retour, pour les gens et pour la Bourse. Dans ce contexte, mieux vaut parler vrai, Trump annonce que la pandémie devrait faire 200.000 morts aux USA et de ce fait l’économie américaine a moins chuté que d’autres économies

12 mars, 2020

Ecrit par

La bourse vote toujours trump

Sorti grand gagnant de son procès en impeachment, sa politique libérale, protectionniste et de baisse des impôts continue à stimuler la croissance américaine. Les marchés achètent cette politique très fortement, les concurrents démocrates à l’élection américaine devront être très convaincants.

14 octobre, 2018

Ecrit par

Plongée boursière mondiale : qui peut l’arrêter ?

Deux personnes en théorie : Jerome Powell, le patron de la banque centrale américaine, en disant qu’il va ralentir ses hausses de taux, ou Donald Trump, qui craindrait que cette baisse des bourses ne détruise sa stratégie de croissance, à un mois des élections mid term. Mais ce qui s’est passé ces derniers jours montre qu’il n’y en a qu’une : Donald Trump.

9 septembre, 2018

Ecrit par

Un parfait orage

A perfect storm, disent les Américains. C’est ce qui se passe quand, brutalement, le temps se couvre et que survient une crise majeure. Aujourd’hui, elle n’est « que » monétaire et financière et ne frappe « que » certains pays émergents.

11 février, 2018

Ecrit par

Chute des marchés financiers : à qui la faute ?

Le Docteur Knock le disait : « La santé est un état précaire qui ne laisse présager rien de bon ». Tout allait si bien, aux Etats-Unis ! La croissance était revenue, après cette crise de 2008 qui avait fait si peur. On avait craint un nouveau 29. Le bon Docteur Bernanke, patron à l’époque de la Banque centrale américaine, avait alors acheté des tombereaux de bons du Trésor, avec l’argent qu’il créait (la « machine à imprimer » de la Fed), pour éviter le pire et la déroute du dollar. Ayant terminé son mandat, il passe sa blouse au bon Docteur Janet Yellen qui continue, plus ses propres dosages : baisse du taux de chômage, hausse du taux d’emploi. Mais elle est poussée vers la sortie fin janvier (par Donald Trump), laissant une économie en croissance (2,6%), en plein emploi (4,1% de taux de chômage) et sans beaucoup d’inflation (2,1%). Arrive son successeur, Jerome Powell, pour administrer la clinique Trump et ses propres potions.

Praesent Aenean vel, odio vulputate, id venenatis leo at mattis amet,