S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

4 septembre, 2022

Ecrit par

Que chaude soit la rentrée !

Il ne s’agit pas là de réchauffement climatique, mais d’une prévision en forme de souhait que l’on trouve, bien souvent, dans nombre de médias et chez quelques partis politiques. On peut essayer de les comprendre. D’un point de vue médiatique … Suite

15 janvier, 2021

Ecrit par

Biden va-t-il faire plonger la bourse américaine?

La bourse américaine est à son plus haut historique alors que Joe Biden va devenir président dans quelques jours. Or, ce dernier a une politique progressiste clairement « de gauche » avec montée des impôts sur les plus riches, les sociétés, augmentation du salaire minimum… En pleine pandémie l’économie américaine, et donc la bourse, ne vont-ils pas en faire les frais?

1 mars, 2018

Ecrit par

Augmenter les salaires ou former les salariés ?

L’idée d’augmenter les salaires est en train de gagner partout en France, notamment chez les cadres, après plusieurs années de croissance très faible, et de l’économie, et des rémunérations. On avance ainsi le chiffre de 2% de hausse en moyenne. Mais, en même temps, l’inflation est à 1,3% et, surtout, le taux de chômage à 8,9%.

17 décembre, 2017

Ecrit par

SMIC et Livret A : deux mauvaises équations pour mal gérer la France

SMIC : il devrait augmenter de 1,24% au premier janvier 2018 pour 1,7 million de personnes (hors apprentis, stagiaires et intérimaires), soit 10,6% des salariés du privé. Cette hausse est une somme : 1% + 0,24%. 1% pour compenser l’inflation des 20% des ménages ayant les revenus les plus faibles. Et 0,24%, c’est la moitié de la hausse du pouvoir d’achat du salaire horaire de base des ouvriers et des employés, qui atteint 0,48% sur l’année. On a donc : 1% + 0,24% = 1,24%. Cette revalorisation est « sociale », puisqu’elle compense l’inflation des plus modestes, et « économique », puisqu’elle inclut une part (la moitié) de la hausse des autres ouvriers et employés.