12 décembre 2013 : lancement du premier petit-déjeuner de l'attractivité

- Ecrit par

C’est dans le cadre prestigieux du Bristol que l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) et son partenaire privilégié et membre du Club AFII, Deloitte - respectivement représentés par David Appia, Président de l’AFII et Ambassadeur délégué aux investissements internationaux et David Dupont-Noël, associé et membre du comité exécutif – ont lancé la première édition des petits déjeuners de l’attractivité, ce 12 décembre 2013. 35 participants, conseillers économiques et représentants des affaires commerciales de près d’une vingtaine d’ambassades étrangères, se sont réunis ce matin pour écouter et débattre avec M. Jean-Paul Betbeze, économiste de renom, membre de la Commission Economique de la Nation et du Comité scientifique de la Fondation Robert Schumann ainsi que de l’Académie des Sciences commerciales.

La France: de nouvelles mesures et des atouts économiques

Pour ce premier petit déjeuner de travail, M. Betbeze a choisi de traiter de la crise économique internationale et de la stratégie de la France pour en sortir. Ont donc étés abordées les difficultés économiques actuelles des pays développés, avec un focus particulier sur l’Europe et la France (lourdeur des dettes publiques des Etats membres de l’Union ; problèmes liés aux coûts du travail élevés, politique monétaire, etc.) ; puis l’analyse de la stratégie de sortie de crise mise en place par notre pays, les réformes engagées et enfin les atouts économiques dont il peut se prévaloir.

Pour Jean-Paul Betbeze, dans un environnement économique globalisé et sous tension, la France doit se réformer pour sortir de la crise : réformer sa fiscalité; réduire les dépenses publiques et alléger la dette. Plusieurs mesures destinées à dynamiser l’économie française sur le long terme ont d’ores et déjà été lancées. Parmi elles, le maintien et même l’extension du Crédit impôt recherche (CIR) ; le lancement du crédit d’impôt compétitivité et emploi qui devrait générer 20 milliards d’euros d’allègement fiscal pour les entreprises en 2014 ; la promulgation de la loi relative à la sécurisation de l’emploi destinée à booster la compétitivité et à rendre le marché du travail plus flexible ; ou encore le « choc de simplification » visant à réduire la complexité de l’administration française. Autant d’arguments en faveur de l’attractivité de la France.

La France: l’innovation au premier plan

Outre cette volonté de réformer, l’on se doit de souligner la priorité donnée à l’innovation. Elle représente aujourd’hui un levier d’action incontournable. Et la France fait partie des pays européens les plus volontaristes en la matière. On citera en exemple le CIR et ses 5 milliards d’euros de soutien à la R&D. La France est le seul pays européen à avoir mis en place un tel système. 2000 entreprises étrangères en bénéficient chaque année. Plus récemment, plusieurs programmes ambitieux ont été lancés : les 34 plans de la nouvelle France industrielle, l’un d’entre eux devant permettre d’imaginer les technologies de demain ou encore le concours mondial de l’innovation lancé dans le cadre de la commission innovation 2030, animée par Anne Lauvergeon.

Alors si la France doit faire face aujourd’hui à de réelles difficultés, elle a néanmoins de nombreux atouts à faire valoir. Et c’était le message principal que souhaitaient faire passer l’AFII et Deloitte. De ce point de vue, la qualité des échanges et l’enthousiasme des participants ont fait de ce premier petit déjeuner de l’attractivité un succès. Le ton est donné. Rendez-vous au 1er trimestre 2014 pour la prochaine édition !


AFII

Aller sur le site