S'inscrire à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Entrez votre adresse e-mail et recevez tous les dimanches la newsletter de Jean-Paul Betbeze

30 décembre, 2018

Ecrit par

Quelle bonne année : 1789, 1969, 1929 ?

2019 : c’est le choix de l’embarras. A priori, l’avenir est gris foncé partout, avec du jaune venant de France. Nous assistons au combat entre États-Unis et Chine, pour faire baisser les taxes à l’importation en Chine et y surveiller les droits américains de propriété, faire circuler les bateaux US en mer de Chine, mais bloquer les « routes de la soie » chinoises en Afrique. Derrière ces poids lourds, il y a les tensions autour de la Russie, de l’Iran, d’Israël, de l’Arabie saoudite, de la Turquie… Partout les ramifications des chocs se font ressentir, ravivant d’antiques blessures. Le Brexit fait renaître des inquiétudes en Irlande, des demandes d’autonomie en Ecosse et des revendications espagnoles sur Gibraltar. Aujourd’hui, difficile de trouver un pays ou une région paisible !

18 novembre, 2018

Ecrit par

Quand et comment sortir de l’économie de Boucles d’or ?

L’économie de Boucles d’or ? En anglais Goldilocks Economy, vient d’un vieux conte : « Boucles d’or et les Trois Ours ». Une petite fille (blonde bien sûr), Boucles d’or, entre dans une maison vide et y trouve trois bols de porridge. Elle mange le premier : « trop chaud », le deuxième : « trop froid », et le troisième : « Ahhh, juste comme il faut ». C’est donc « la bonne température » qu’il faut chercher, mais la petite fille a quand même mangé les trois bols des trois ours, puis s’endort, rassasiée ! Alors, quand les trois ours reviennent et voient les trois bols vides. Ils fouillent la maison. Boucles d’or s’éveille en sursaut, les voit, crie « au secours » et s’enfuit.

16 septembre, 2018

Ecrit par

Merci Donald Trump !

Merci de nous ouvrir les yeux et de ne pas nous laisser bercer par tous nos politiques, entreprises et médias. Vous avez écrit « l’art du deal » : on comprend bien que, dans votre esprit, ce n’est pas celui de la diplomatie. On comprend même mieux, de jour en jour, ce que promettait ce livre : « La plupart des gens pensent petit, parce que la plupart des gens ont peur du succès, peur de prendre des décisions, peur de gagner… Et cela donne pour des gens comme moi un grand avantage (…) je ne reste pas concentré sur une opportunité ou une approche. Comme un jongleur, je lance un maximum de quilles en l’air et si je n’en rattrape qu’une, elle me rendra riche ».

dapibus elit. id sed libero tempus non vulputate,